Face à l’ennemi allemand : témoignage de Paul SIMON

Cet article fait partie d’une série sur la correspondance echangée entre Paul SIMON, officier du 56e et 59e Bataillon des Chasseurs et Charles Albert Grosboillot, Maisonnais, Conseiller municipal de 1919 à 1921 et aïeul de Mme Pasche.​

Le bataillon de Paul SIMON est en contact direct avec "l'ennemi" allemand. Découvrez le récit de Paul SIMON sur ses expériences au front.

Extrait de la lettre du 27 juillet 1915 :

"(…) Le secteur est toujours à peu près convenable, les boches d’en face sont relativement sociables ; hier matin, ils ont engagé la conversation, et nous ont déclaré qu’ils ne tireraient pas si nous ne tirions pas, puis l’un d’eux a chanté une petite chanson et un des nôtres a répondu par un air d’ocarina. Je me suis permis de faire l’expérience de ne pas tirer le premier pour voir si les boches tenaient leur parole : jamais la journée n’a été aussi calme, alors qu’il ne se passe jamais cinq minutes sans qu’une balle arrive. Dans un créneau, pas un coup de fusil n’a été tiré de la journée."

Extrait de la lettre du 29 février 1916 :

"(…) Comment suis-je encore là je ne sais c’est un véritable miracle et je crois à la providence qui m’a manifestement protégé. Le coup a été très rude pour nous et le bataillon a fait bravement son devoir, les hommes ont été merveilleux et il reste peu de nous ; comme officier j’ai dû prendre le commandement du bataillon. (…) Je vous dirais cependant que les Allemands ont mis tout en œuvre, des moyens d’une puissance fantastique (à un certain moment sur nous dans un rayon de 300m 25 obus de 210 ou 305 à la seconde). Nous avons tenu 2 jours dans cette avalanche et nous n’avons lâché que sur ordre de retraite donné quand nous étions enveloppés et débordés et en petit nombre pour pouvoir encore agir. J'ajoute que le résultat obtenu par l'ennemi est bien loin de correspondre à l'effort fourni."

Illustration de la vie dans les tranchées et les préparatifs pour affronter les ennemis allemands :

Illustration du quotidien de la vie dans les tranchées

Illustration du quotidien de la vie dans les tranchées. Crédits image : Mme Pasche et M. Desbruéres.

Nous remercions Mme Pasche, présidente de l’Université Inter-Âges de Créteil et du Val-de-Marne – section de Maisons-Alfort (U.I.A) pour la mise à disposition des lettres et des dessins évoqués dans cette série d'articles.

En savoir plus :

La Grande Guerre vue à travers la correspondance de Paul Simon