La Grande Guerre vue à travers la correspondance de Paul Simon

Cet article fait partie d’une série sur la correspondance de Paul Simon, officier du 56e et 59e Bataillon des Chasseurs.

Jamais autant de courrier ne fut échangé qu’entre 1914 et 1918. Pendant la Première guerre mondiale, le courrier revêt en effet une importance capitale : seul moyen de garder le contact malgré la distance, de lui dépend le moral de tous. Celui des soldats évidemment, qui attendent de leurs familles ou de leurs "marraines de guerre" colis et nouvelles qui chassent le "cafard". Celui aussi des familles, qui attendent fébrilement des nouvelles de leurs soldats et se retournent vers le maire de la ville dès celles-ci se font trop attendre. 

Découvrons, par exemple, la correspondance échangée entre Paul SIMON, officier du 56e et 59e Bataillon des Chasseurs et Charles Albert Grosboillot, Maisonnais, Conseiller municipal de 1919 à 1921 et aïeul de Mme Pasche.

Lorsque la guerre éclate, Paul Simon officie dans une étude notariale à Paris avant d’être rappelé par décret et mobilisé dans la foulée en août 1914. Mobilisé au sein du 56e et 59e Bataillon des Chasseurs, il est d’abord lieutenant, puis, en 1916, il reçoit la légion d’honneur avec citation de l’armée et devient capitaine. Le bataillon des Chasseurs de Paul SIMON participera notamment à la bataille de Verdun et à la bataille de la Somme.

L’intérêt de la correspondance de Paul SIMON tient à la qualité de réflexion et d’analyse dont témoigne ce jeune officier. De plus, les remarques et descriptions sont accompagnées de croquis traitant le quotidien de la vie dans les tranchées.
D’une grande liberté de ton, ces lettres ne semblent pas trop se soucier de la censure. Paul SIMON décrit la vie dans les tranchées et ses expériences des opérations conduites sur le front. Il n’hésite pas à porter des jugements sévères sur ses supérieurs et leur façon de conduire les opérations, critiquant les attaques trop répétées, souvent inutiles, et qui "mènent à la boucherie"..

Illustration de la "prière du soldat avant la bataille".
Illustration de la "prière du soldat avant la bataille". Crédits image : Mme Pasche (présidente de l’U.I.A) et M. Desbruéres.

Nous remercions Mme Pasche, présidente de l’Université Inter-Âges de Créteil et du Val-de-Marne – section de Maisons-Alfort (U.I.A) pour la mise à disposition des lettres et des dessins évoqués dans cette série d'articles.

En savoir plus :
Correspondances destinées aux troupes