Les ventes municipales de viande frigorifiée : une initiative unanimement saluée

La guerre s’éternisant, les prix flambent. En raison du prix élevé de la viande dans le commerce, la mairie décide d’ouvrir des boucheries municipales et, comme à Paris, de vendre notamment de la viande congelée, peu appréciée en temps normal. 

Avec ses faibles moyens, elle installe, dès mars 1916, une chambre de décongélation dans les sous-sols de la bibliothèque (à l'emplacement actuel du théâtre). Sur les conseils d’un professeur à l'École vétérinaire, la viande y est décongelée lentement, puis travaillée comme à l'accoutumée : on peut ainsi la proposer aux "ménagères" dans de bonnes conditions et sous un bel aspect. Le personnel découpeur est composé de professionnels, en général âgés. 

Cette initiative maisonnaise est citée en exemple dans la presse, et fait même l'objet d'une communication à l'Académie d'agriculture.

Aussitôt prête, la viande décongelée est vendue dans trois boucheries fermées suite à la mobilisation et louées pour l'occasion. La viande y est proposée au prix de revient, tous frais compris : installations, droits d'octroi, location de boutiques, achat de matériel, personnel etc.... En juin 1916, la viande frigorifiée y est vendue 2 francs le kilo, contre 3 francs 10 la viande fraîche. Et pas un kilo de viande n'est perdu : les bas-morceaux, plus difficiles à vendre, sont donnés aux soupes populaires.


@ Archives municipales

Ventes municipales de viande frigorifiée dans le parc de la mairie. Crédits image : Archives municipales de Maisons-Alfort, Fonds AMAH, 5 Fi 547

En 1917, les locaux scolaires d’Alfort, rue Paul Bert et de Charentonneau, rue Chevreul, sont aménagés en boucheries municipales et viennent ainsi remplacer celles en service dans ces deux quartiers.

Particulièrement économique, ce service rencontre un grand succès. Il est maintenu jusqu'au 1er mai 1922.

La boucherie Le Houezec, où est vendue la viande frigorifiée pour le quartier de Maisons (Centre), se trouvait à l'angle des actuelles avenue du Général de Gaulle et rue du Capitaine Roland Déplanque.


@ Archives municipales de Maisons-Alfort

Le personnel et les clients de la boucherie municipale du quartier de Maisons. Crédits image : Archives municipales de Maisons-Alfort, 9Fi 1027

En savoir plus :

L’approvisionnement à Maisons-Alfort
Les ventes municipales de lait écrémé : une initiative contestée