Portrait de François BRUNET

Cinquième enfants sur les huit du couple formé par René BRUNET et Mélanie Rose PAIRE, laboureurs, François naît le 8 décembre 1893, au lieu-dit Les Nébillons à Thenay (36).

Les recensements de Nuret-le-Ferron (36) nous apprennent qu’en 1911, il habite au lieu-dit La Loge et exerce la profession d'ouvrier agricole.

A l’examen du registre des recensements de la classe 1913, on note que François mesure 1,68m, a les cheveux blonds et les yeux bleus. Il sait lire, écrire, compter et nager. Il joue de la clarinette.

François est incorporé le 27 novembre 1913 pour son service militaire comme soldat de 2e classe au 156e Régiment d'Infanterie (2e Compagnie de Mitrailleuses) de Toul (54). Lorsque la guerre éclate, il est immédiatement mobilisé et part aux armées le 2 août 1914.

Après avoir participé, entre autres, à la bataille des Flandres, François est blessé à la jambe gauche par des éclats d'obus et est évacué le 22 mai 1915 lors de l’offensive d’Artois. Il retrouve les champs de batailles le 12 décembre 1915. Il est alors promu soldat de 1re classe mais à une date exacte qui demeure inconnue.

Cité à l'ordre du Régiment (citation n°14) le 24 janvier 1918, François est décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze :

"Très bon soldat, [François BRUNET] a pris part aux principaux combats livrés par le Régiment depuis le début de la campagne et a fait preuve en toutes circonstances de bravoure au feu."

François décède le 27 avril 1918, vers 1h du matin, à Reningelst (Belgique), tué à l'ennemi*. Son décès est retranscrit sur les registres de l’état civil de Nuret-le-Ferron, le 2 août 1918. Il avait 24 ans et était célibataire. Lorsque son décès intervient, François est domicilié au 14, rue de Louvain à Maisons-Alfort.

François BRUNET est honoré sur le Monument aux Morts de Maisons-Alfort, le Monument aux Morts de Nuret-le-Ferron et dans l'église de Nuret-le-Ferron.
 

Image du diplôme Morts pour la France de François BRUNET

Image du diplôme Morts pour la France de François BRUNET. Crédits image : Didier Bléron, correspondant du Cercle Généalogique de Maisons-Alfort.

François est inhumé au cimetière militaire de Poperinghe-Lyssenthoek en Belgique à la tombe individuelle numéro 11 (carré 27, rang 2).

En savoir plus :
Découvrir la fiche de François BRUNET sur www.memorial-genweb.org  

* "Tué à l'ennemi" est l'expression militaire utilisée en France sur les documents administratifs des soldats tués lors de la Première Guerre mondiale.

Rédaction de l’article : Didier Bléron, correspondant du Cercle Généalogique de Maisons-Alfort