Allocations accordées aux familles nécessiteuses

Avec la mobilisation, la ville se vide en quelques jours de presque tous ses hommes dans la force de l’âge, approximativement de 18 à 47 ans. Souvent seuls à subvenir aux besoins de leur famille en temps ordinaire, ils laissent alors derrière eux femme, enfants, et parfois parents, sans ressources, et ce alors même que le coût de la vie augmente du fait de la guerre.

Trois jours seulement après la mobilisation, le pays a déjà conscience de la difficulté matérielle dans laquelle se retrouvent de nombreuses familles : une loi votée dès le 4 août 1914 prévoit qu’une allocation pourra être versée par l’État pendant toute la durée de guerre aux familles se trouvant privées de leurs moyens d’existence, quelque soit le sort du militaire (tué, disparu, convalescent). Les familles dont les revenus sont seulement réduits sont exclues de ces aides. En revanche, la charge d’enfants de moins de 16 ans permet d’obtenir une majoration.

Les demandes d’allocation doivent être adressées au maire de la commune qui les transmet à une commission cantonale chargée de les examiner et de "statuer d’urgence". Les mairies organisent ensuite à intervalle régulier le versement de ces allocations.

Avis : Allocations accordées pendant la durée de la guerre aux Familles nécessiteuses des Militaires rappélés sous les drapeaux – 31/12/1914