Signaux d’alerte en cas d’aéronef ennemi

Date : 
22 Février 1916

"Monsieur le Maire a demandé au commandant du dépôt du 3e régiment d’artillerie coloniale, caserné au Fort de Charenton de bien vouloir, en cas d’alerte et par suite de l’absence d’un certain nombre de clairons de la compagnie de sapeurs-pompiers, mettre à sa disposition une ou deux trompettes qui seraient chargées de signaler aux habitants l’arrivée d’aéronefs ennemis. Le commandant du dépôt propose, aussitôt qu’une alerte lui aura été signalée, de faire monter deux ou trois trompettes sur le saillant Nord du Fort, d’où ils sonneront ensemble un motif très éclatant."